🟢 État actuel : Abandonné

⌚ Temps d'explo : 1h

🧗‍♂️ Difficulté d'accès : 2/5

👍 Note de l'explo : 3,5/5

Bienvenue dans cette exploration du Château Banana, une magnifique maison perdue dans un petit village lorrain…

 

– Visite du 4 janvier 2020 –

avec mariestmnn

 

Introduction

 

Cela fait un bon moment que j’avais entendu parler de ce magnifique château. Un endroit d’exception, rapidement devenu célèbre, dont l’adresse a – ou plutôt avait – bien été gardée secrète par ses détenteurs. Il m’a fallu des jours de recherche pour parvenir à la trouver. Mais une chose est sûre, ça valait le coup !

Aujourd’hui, pour cette exploration tant attendue, je suis accompagnée de Marie. Je lui ai promis un lieu prestigieux, et chose promise est chose due. En plus, c’est l’occasion pour moi de faire mes premiers pas en portrait !

– – –

 

Quelques infos sur le lieu

 

Perdu dans un petit village vallonné, le château Banana n’a en réalité rien d’un château. C’est simplement une grande maison à trois étages aux allures de manoir. Difficile ici de trouver des infos sur le lieu… Même si l’adresse a du mal aujourd’hui à rester secrète, aucune trace du passé de cette bâtisse sur le net. Quelques recherches approfondies permettent tout de même de retrouver le propriétaire du terrain. Le manoir était donc autrefois occupé par une femme de nationalité allemande, dont je ne divulguerais pas l’identité. Impossible de savoir en revanche quand ni pourquoi cette maison a été laissée ainsi, intacte, comme si ses habitants avaient dû partir du jour au lendemain.

L’architecture de la maison laisse supposer une construction début XXème. Elle adopte à l’extérieur un style art déco comme le montre la marquise en fer forgé au-dessus de l’entrée. Cela se confirme également par la sobriété et l’harmonie dans la façade.

A l’intérieur, du mobilier style pseudo baroque, avec ses magnifiques fauteuils et canapés en bois doré et ses deux pianos à queue.

 

Images satellite du site en 2006 et 2018

– – –

 

L’exploration du Château Banana

 

Nous arrivons devant la propriété. Quel soulagement de pouvoir enfin être ici ! L’accès ne peut pas être plus facile : le portail d’entrée est ouvert. On peut deviner sur la droite d’anciens escaliers en pierre, aujourd’hui recouverts de ronces, qui devaient monter vers un petit jardin. Le terrain est assez grand, et plutôt vide. Pas de traces de jouets pour enfants à l’extérieur si ce n’est une pièce d’échecs géante…

A l’arrière de la maison, une fenêtre est ouverte ; et nos amis les urbexeurs ont pensé à nous en ayant préparé un rondin de bois, qui nous permet de nous hisser à l’intérieur. Wouah ! C’est le seul mot qui me vient à l’esprit. C’est la première fois que je vois un manoir dont l’intérieur est aussi bien conservé.

salle à manger du château banana

salle à manger du château banana

fille salle à manger du château banana

salle à manger du château banana

fille salle à manger du château banana

portraits de famille au château banana

le piano noir du Château banana

fille jouant du piano

des poupées au château banana

Après un (trop ?) long moment dans la pièce principale, nous devons visiter l’étage avant que la nuit ne tombe. Il est environ 16 heures, une après-midi de janvier et la lumière commence à diminuer très rapidement.

Finalement, l’étage n’a que peu d’intérêt par rapport à la beauté du rez-de-chaussée. On y trouve des chambres, dont une chambre d’enfant, une salle de bain et un balcon/terrasse.

une chambre au château banana

le balcon du château banana

une peinture au château banana

un vieux poste de TV

des livres en allemand

une horloge ancienne

un chambre au château banana

une peinture au château banana

un vieux poster

un chambre au château banana

Il fait presque nuit dehors. Nous décidons de faire quelques dernières prises au trépied et au flash. De toute manières… nous reviendrons.

château banana et les caisses de bananes

une peluche au château banana

une voiture miniature au château banana

une peinture au château banana

– – –

 

– Re-visite du 20 décembre 2020 –

avec shadow.esploring

 

J’avais dit que je reviendrais, pas vrai ? Eh bien me voilà, un an plus tard, accompagné cette fois de Joy et de mon X-T20.

Une fois de plus, on est surpris de voir à quel point les choses changent en un an. Et ce grâce, comme toujours, aux personnes qui se permettent de déplacer les objets et le mobilier sans les remettre à leur place. Les jours passés avec la fenêtre grande-ouverte contribuent également à cette lente dégradation…

château banana portail d'entrée

Cette fois, on a condamné le portail avec un cadenas. On dirait bien que quelqu’un commence à n’en plus pouvoir des visites incessantes…

Malgré tout, un petit détour et un peu d’escalade plus tard, nous revoilà devant la maison.

château banana

château banana

château banana

Clouée sur les volets, en bas à gauche, nous nous étonnons de trouver une pancarte en bois gravée par des urbexeurs, épuisés de voir le lieu se dégrader à vue d’œil : « Avis aux urbexeurs, merci de respecter ce lieu ».

château banana

Puis nous arrivons à l’intérieur. Je suis choqué, c’est le moins que je puisse dire. Tout a bougé, des meubles sont cassés, d’autres ont disparu. La pièce du fond, qui était autrefois fermée et remplie d’une montagne d’objets en tout genre est maintenant grande ouverte et un beau piano blanc occupe désormais l’espace ! Il a probablement toujours été là, caché sous les caisses de bananes… Je n’en avais même pas la connaissance.

à l'intérieur du château banana

à l'intérieur du château banana

une peluche singe au château banana

des statuettes au château banana

à l'intérieur du château banana

décoration du château banana

à l'intérieur du château banana

le piano noir du château banana

le piano noir du château banana

Un petit saut à l’étage avant de redescendre et découvrir cette « nouvelle » pièce au piano blanc…

shadow.esploring au château banana

la chambre d'enfant du château banana

une chambre au château banana

Des voix ?

 

Pendant notre visite de l’étage, nous entendons des voix au rez-de-chaussée. Nous nous figeons alors avec toujours la même question en tête : Des urbexeurs ? Les propriétaires ? La police ? Des casseurs ?

Finalement, la rencontre se fut en haut de l’escalier, où deux jeunes filles, des ustensiles de cuisine à la main, sont apparues. Je vous rassure, la fin n’a rien de tragique : elles sont là pour visiter, comme nous. Nous continuons alors notre visite, rassurés de ne pas avoir finis à la casserole.

De retour au rez-de-chaussée, je fais un rapide tour de la « pièce à babioles », où il y a toujours des objets photogéniques.

une vieille cassette au château banana

un vieux livre au château banana

une vieille calculatrice au château banana

De la famille aux propriétaires ?

une photo de famille au château banana

Enfin, la pièce au piano blanc nous offre sa beauté. Bien que malheureusement, « au clair de la lune » ne sonne pas plus juste que sur l’autre piano. Quel dommage. Joy s’essaie tout de même à jouer quelques notes…

shadow.esploring au château banana

shadow.esploring au château banana

château banana piano et cheminée

La journée n’est pas finie, nous avons encore de belles choses à voir aujourd’hui. C’est donc le cœur un peu lourd que nous disons au revoir au château Banana, en nous demandant dans quel état il sera, le jour notre prochaine visite.

À suivre…

 

Rejoignez la discussion 7 Commentaires

  • Cobra dit :

    Ce nouvel article est tout simplement magnifique. A sa lecture, j’ai ressenti les différentes émotions que nous partage l’auteur, à savoir le plaisir de découvrir un site préservé comme nous pouvons le voir sur les photos, la curiosité à chacune des visites, l’excitation d’y retourner, l’appréhension de rencontrer du monde ou encore la déception de retrouver l’endroit en moins bon état que la première fois.

    Cependant nous ressentons que malgré ces changements, l’auteur n’en tire pas moins une déception de cette deuxième visite, car comme il nous le fait savoir indirectement, la beauté de l’urbex, c’est qu’un lieu abandonné, même si on l’a déjà visité une première fois, restera tout de même une découverte aux prochaines visites.

    La description de la visite est mêlée à de magnifiques photos, nous emportant ainsi avec le photographe dans ce manoir abandonné.

    En lisant cet article, j’ai donc été captivé par la passion pour l’urbex que dégage l’auteur, donnant l’envie d’aller visiter cet endroit abandonné avec lui afin de découvrir et redécouvrir le manoir, ressentir toute l’histoire de ce lieu et en observer les moindres détails.

    Un grand merci pour ce partage !

  • Kevin Delville dit :

    Bonjour je suis enquêteur privée et jai longuement chercher à savoir l’histoire du lieu l’histoire des propriétaires et a mon grand regret je ne peut en parler ouvertement mes ces une fin macabre et tragique sans en dire plus message au urbexeur soyer respectueux comme la plus part qui font la visite merci de respecter l’âme du lieu

  • Colet dit :

    Bonjour a tous , visite aujourd’hui à la villa banana , très déçue de voir que le lieu est tellement plus dégradé que sur ces photos
    De plus en plus de visiteurs et beaucoup ne sont pas respectueux de l’endroit ..

    • SunsetUrbex dit :

      Bonjour, c’est la malheureuse vérité… Tant bien même que 3/4 des explorateurs prennent soin du lieu, quelques passages de personnes malveillantes suffisent à faire des ravages ; et cette villa en a fait les frais. Il faut s’estimer heureux qu’elle n’ait pas encore brulée comme la Couturière.

  • Fondofurbex dit :

    J adorerais y aller avant que tout ne disparaisse. Est ce possible? Je suis Strasbourgeoise et uniquement bien intentionnée !
    Virginie

Laisser un commentaire